Jiří KodetSENTIMENT

Novinky

9. 11. 2004 U příležitosti 15. výročí tzv. Sametové revoluce, bude film Sentiment promítán ve Washingtonu. Projekce proběhne v American Film Institute ve dnech 17.11. - 5.12.2004.
11.-17. 11. 2004 budou filmy SENTIMENT a JEDNA SETINA (režie: Tomáš Hejtmánek, 1993, 17 minut) od 17:00 promítány v kině LUCERNA.
1.-3. 11. 2004 Sentiment s anglickými podtitulky v kině MAT.
26. 10. 2004 začíná Filmový festival v Jihlavě.
12. 9. 2004 Do 10.10. je prodloužena výstava Vladimír Boudník - Mezi avantgardou a undergroundem v Císařské konírně Pražského hradu.
9. 9. 2004 SENTIMENT vstoupil do Slovenské distribuce
3. 4. 2004 Sentiment získal Cenu Dona Ouijota. Filmu ji udělila Mezinárodní federace filmových klubů (FICC) na festivalu Finále Plzeň.
12. a 13. 2. 2004 bude Sentiment promítán v Bratislavě za účasti autorů filmu. Poté vstoupí do slovenské distribuce.
27. 12. 2003 - 17,30 projekce filmu Sentiment ve Village Cinemas Anděl za účasti herce Jiřího Kodeta
22. 12. 2003 - 20,00 Liberec, kino Varšava - předvánoční projekce Sentimentu. Po filmu debata s tvůrci.
13. 11. 2003 - Sentiment vidělo od premiéry již téměř 2000 diváků.
6. 11. 2003 - film vstoupil do běžné distribuce

4. 11. 2003 - proběhla v kině Světozor slavnostní premiéra filmu SENTIMENT za účasti tvůrců. Diváci ocenili představitele hlavní role Jiřího Kodeta dlouhotrvajícím potleskem.

26. 10. 2003 - film získal hlavní cenu na festivalu v Jihlavě
Mezinárodní porota udělila filmu SENTIMENT hlavní cenu v soutěži středoevropských filmů "Mezi moři".Více na www.dokument-film.cz
Hraje Jiří Kodet - v kinech od 6. 11. 2003 - Film inspirovaný setkáním s režisérem Vláčilem a jeho filmy
  LE SENTIMENT

Auteur : Petr Kubica

-La parole, l'enregistrement, le scénario : comment construire son texte qui, d'emblée, devient étranger en sorte qu'il confere a la pensée confuse la force convaincante que l'on souhaite ; les motivations intérieures, conscienctes ou inconscientes, peuvent etre tres variées mais, en revanche, un dialogue mis en scene reflete une certaine réalité objective ce qui fait que les effets se présentent a leur tour comme des effets objectifs. La question est donc de savoir comment faire pour rester fidele a sa vérité intérieure tout en décrivant la solidute qui l'inspire, comment sauvegarder la parole qui est en harmonie avec l'essence meme de ce que l'on fait sans se perdre dans l'abîme de sa propre subjectivité, en proie a un solipisme qui désoriente - le film comme un reve littéraire sous forme écrite et respectant l'ordre d'un long métrage de fiction, qui réconcilie les deux approches tout en cherchant a respecter les vraies images, celles qui resurgissent au fond de nous-memes.

Un film-essai inspiré par un lien intime qui attachait Tomáš Hejtmánek au réalisateur František Vláčil, personnage légendaire de la cinématographie tcheque. A l'origine, l'auter voulut saisir une rencontre, suivre les traces des films du cinéaste, retenir les souvenirs des gens qui collaboraient avec Vláčil. La premiere intention fut d'enregistrer une longue interview avec le réalisateur. La mort de Vláčil ne l'a pas permis et, ainsi donc, il fallut chercher une autre forme : ce sont la parole, l'enregistrement des entretiens et l'oeuvre inédite qui restent. Le portrait devait changer de fond en comble tout en gardant le meme rythme, la meme structure intérieure et les liaisons profondes. Des réminiscences, des traits propres tantôt au film de fiction, tantôt au film documentaire - autant d'éléments qui constituent le film qui peut etre perçu comme un hommage a la pensée, a la perception et a la création. Le comédien Jiří Kodet campe le réalisateur Vláčil qui est omniprésent dans la récit et dans le langage du film, en dépit de l'apparition éventuelle d'un autre visage. Le langage cinématographique de Vláčil marque par ailleurs tout le film de Hejtmánek. L'hommage se fait sous forme d'imitations parfaites d'images connues des oeuvres de Vláčil. Il ne s'agit donc pas d'une biographie ou d'un portrait, mais d'une autobiographie sous forme d'entretiens, sous forme d'une confession qui n'en finit pas. L'originalité du film est due a la tentative d'aller au-dela d'un simple portrait autobiographique. Le but du film ne consite pas a fournir une information. On s'attend a ce que le spectateur soit déja bien informé pour pouvoir accéder au film avec une connaissance préalable de l'oeuvre de Vláčil, pour distinguer des allusions aux images et aux sons de ses films, on veut que le spectateur puisse s'orienter dans le destin du réalisateur (c'est une condition pour qu'il puisse se rendre compte de la présence de certains éléments, de l'ampleur et de la maniere de leur utilisation, de leurs interactions, enrichissements ou limites, ainsi que des traits uniques que le style donné puise dans cet héritage.) Une autre maniere de perception veut que l'on s'affranchisse entierement du phénomene František Vláčil, que l'on sépare la matiere et le mouvement, le sens et la voix concrete. Il s'agit de se retourner, de s'éloigner parfaitement du corps de la vie et de celui de l'oeuvre, de s'éloigner de l'autonomie et de percevoir le film comme une intégrité originale, comme la confession d'un artiste et, dans le meme temps, comme le dialogue entre le maître et son disciple se déroulant au travers des images. C'est une autre façon de réaliser une continuation, d'accomplir pleinement l'expression de l'autre.

Tomáš Hejtmánek (metteur en scene)
Né en 1971.
Entre 1990 et 1997, il fit des études a la FAMU de Prague - chaire du film documentaire ou il a réalisé, en 1993, le film Un centieme, inspiré par la vie et l'oeuvre de Vladimír Boudník, graveur et peintre. En 1992, il fit un stage a Montpellier en France. En 1995, il fut admis a Royal College of Art a Londres (film et TV). Il n'y est par pourtant entré. Entre 1994-1996, il travailla sur le film Anna et, depuis 1997, sur le long métrage Le Sentiment.

Appréciations/awards:
Un centieme/One Hunderedth (1993)
Art Film Festival Trenčianské Teplice, Slovaquie - grand prix dans la catégorie "On the Road"
Festival International du Film sur l'art, Montréal - Prize for Creativity
Mediaschool 94, Lodz - premier prix
Academia film Olomouc - Prix Evald Schorm et Prix du jury estudiantin
Mediawawe, Hongrie - prix spécial du jury
Independent Film Days, Augsburg (RFA), Bourse internationale pour jeunes talents.

Le Sentiment/Sentiment ( 2003)
FIFD Jihlava - Le meilleur documentaire de l'Europe centrale

:: O filmu
:: Fotogalerie
:: Rozhovor s Jířím Kodetem
:: Filmový plakát (pdf)
:: Scénář - dialog (ukázka)
:: Videoukázky
:: Diskuse
:: Nasazení v kinech
:: Odkazy
:: English
:: Francais
Chcete být včas informováni o novinkách? Vložte svůj email.
 
  Napsali
:: Záchvěvy života lidskýho (Cinepur)
:: Petr Kubica - Sentiment (Katalog MFDF Jihlava)
:: Cena Dona Quijota
:: Sentiment (Literární noviny)
:: Sentiment (Cinema)
:: Filmový Sentiment by se režiséru Vláčilovi líbil (HN)
:: Sentiment (Houser)
:: Člověk se kerým můžu kecat (Babylon)
:: Nečekaná záře Sentimentu (Respekt)
:: Vláčil dostal křehký pomníček (LN)
:: Byl jsem žák, který hledá svého mistra (LN)
:: Sentiment Františku Vláčilovi sluší (HN)
    © T. Hejtmánek, Bionaut, Česká televize